Mesure de débit à haute température dans la production de TDA

Mesure de débit à haute température dans la production de TDA

Le toluylènediamine (TDA) est un produit intermédiaire important pour la production de polyuréthane. Il est obtenu par nitruration de toluène en dinitrotoluène (DNT). Le DNT est ensuite catalysé en TDA avec de l’hydrogène sous une pression de 30 bars. Le mélange d’hydrogénation circule généralement dans les réacteurs d’hydrogénation. Cette circulation est déterminante pour le contrôle du process et nécessite par conséquent une surveillance par mesure du débit.

Les débitmètres à effet Coriolis installés pour cette application se sont avérés sensibles à l’usure et leur durée de vie ne donnait pas satisfaction. En outre, les rétrécissements des conduites ou les éléments permettant l’accumulation de particules doivent si possible être évités. Le chauffage des tubes oscillants des débitmètres Coriolis représente également un problème.

Les ingénieurs responsables cherchaient donc une solution non-intrusive utilisant la technologie des ultrasons. Mais la température élevée de 150 °C a entraîné une usure rapide des capteurs à ultrasons du premier système installé. La meilleure solution réside dans la mesure de débit non-intrusive avec le FLUXUS et les capteurs pour haute température FLEXIM, utilisables jusqu’à 200 °C. Les mesures se déroulent en zones ATEX 2, d’où l’utilisation de capteurs à protection antidéflagrante.
Précédemment, la technologie de mesure non-intrusive par ultrasons de FLEXIM avait déjà donné toute satisfaction en des points de mesure jugés critiques de l’installation de distillation voisine, où le mélange d’isomères de TDA est purifié. Ces points de mesure situés en zone ATEX 1 sont équipés de débitmètres FLUXUS certifiés.

Avantages

  • Mesure du débit de l’extérieur, précise, fiable et pratiquement exempte d’usure
  • Aucune indisponibilité de l’installation, ni pendant la mise en place du système de mesure non-intrusif, ni pour d’éventuelles opérations d’entretien
  • Aucun risque de fuite du fluide toxique
  • Pas de rétrécissement de la conduite, pas de perte de charge, pas d’éléments gênants permettant l’accumulation de particules
  • Pas de conduites supplémentaires nécessitant un chauffage

dispositifs connexes